Patrimoine

L’archéologie à Québec

Collège des Jésuites

1635-1760 : le collège et l’église des Jésuites

Fondé en 1635, le collège des Jésuites remplit son œuvre d’éducation durant tout le Régime français.

En 1647, les pères amorcent la construction d’un collège et d’un monastère, comprenant une chapelle, à l’emplacement de l’hôtel de ville actuel. L’édification d’une église attenante est entreprise en 1666 et s’étale sur plusieurs années. La propriété comprend aussi de grands jardins.

Le collège est agrandi et reconstruit en grande partie entre 1720 et 1744. Il est désormais formé de quatre ailes disposées autour d’une cour centrale. L’église et le collège, en pierre et couverts d’ardoise, figurent parmi les plus beaux édifices de la colonie.

1760-1871 : casernes et marché

Après la signature du traité de Paris en 1763, les autorités britanniques interdisent aux Jésuites de faire du recrutement. Le cours classique se donne jusqu’en 1768, alors que l’école primaire ferme en 1776. Le dernier jésuite survivant au Canada, le père Jean-Joseph Casot, meurt en 1800 et les biens de l’ordre sont dévolus à la Couronne.

Dès 1759, le collège sert à certaines fonctions administratives et de dépôt militaire. Il est transformé en casernes et logis d’officiers, les Jesuit Barracks, et divers bâtiments lui sont ajoutés pour répondre à cette fonction.

L’église, utilisée également comme dépôt militaire, est démolie en 1807. L’emplacement est intégré au marché Notre-Dame et utilisé pour la vente du bois, puis du foin. On y bâtit une halle pour les bouchers en 1844.

Les Jesuit Barracks et le marché au foin.

Adolphe Larue, Plan du quartier Saint-Jean tel que désigné dans l’acte de la Corporation de la Cité de Québec, 1833, Bibliothèque et Archives nationales du Québec, CA301, S27, D25.

Les Jesuit Barracks et la halle des bouchers.

Adolphe Larue, Plan of the ground formerly occupied by the late Order of Jesuits, first as a chapel afterwards as a church exhibiting the several additions made by the Jesuits (...), 1844, Bibliothèque et Archives nationales du Québec, E21, S64, SS5, SSS17, P8.

Les Jesuit Barracks et la halle des bouchers.

Photographie Louis-Prudent Vallée, 1872, Archives de la Ville de Québec, N030876.

Le collège et l’église des Jésuites à la Conquête.

Gravure de Richard Short, 1761, Archives de la Ville de Québec, N016369.

1871-1894 : l’abandon

Après le départ de la garnison, en 1871, l’ancien collège est laissé à l’abandon. Le marché se transporte à la place D’Youville quatre ans plus tard. L’emplacement est pressenti pour l’implantation du nouveau parlement et, de 1877 à 1879, on procède à la démolition du collège. Le parlement ayant été construit sur le Cricket Field, dans le faubourg Saint-Louis, les lieux restent vacants pendant une vingtaine d’années.

Place D’Youville

Place de l’Assemblée-Nationale

1894 à aujourd’hui : l’hôtel de ville

La construction de l’hôtel de ville, dessiné par l’architecte Georges-Émile Tanguay, commence en 1894 pour se terminer deux ans plus tard. Ces travaux ainsi que l’aménagement d’un stationnement souterrain ont fait disparaître une grande partie des vestiges du collège et de ses jardins, de l’église, des casernes et du marché, mais la zone en bordure de la rue des Jardins présente encore un grand intérêt archéologique.

L’hôtel de ville.

Photographie Jules-Ernest Livernois, 1896, Archives de la Ville de Québec, N001122.

© Ville de Québec, 2020. Tous droits réservés.