Patrimoine

L’archéologie à Québec

Vieux-Cap-Rouge

1541-1543 : la colonie Cartier-Roberval

Jacques Cartier (Saint-Malo, 1491 – Saint-Malo, 1557) débarque à Cap-Rouge en 1541 accompagné d’environ 400 personnes et implante la colonie de Charlesbourg-Royal. Le chef de cette expédition de colonisation, Jean-François de La Rocque de Roberval (Carcassonne?, v. 1500 – Paris, 1560), est resté en France et doit le rejoindre le printemps suivant. Cartier choisit la rivière du Cap Rouge pour l’hivernage de trois de ses navires et fait construire deux forts : l’un sur le promontoire et l’autre « au bas ». L’hostilité des Amérindiens ainsi que la maladie l’incitent toutefois à rentrer en France dès le printemps 1542.

Roberval, qui prend la relève, arrive à Cap-Rouge en juillet 1542 avec trois navires et environ 200 personnes, dont de nombreux soldats. La colonie est rebaptisée France-Roy. Roberval fait construire un fort sur le promontoire et un logement au pied de la montagne; il est possible que ces bâtiments soient différents de ceux élevés par Cartier l’année précédente. L’hiver est particulièrement difficile et 50 personnes meurent du scorbut. L’abandon de France-Roy au cours de l’été 1543 marque un temps d’arrêt d’environ un siècle dans la colonisation du territoire.

Sur cette carte figurent vraisemblablement les gens de l’expédition de Cartier ou de Roberval.

Tirée de Atlas de Nicolas Vallard de Dieppe, « Amérique du Nord, côte est », 1547, Huntington Library, San Marino (Californie), HM29, folio 9.

1652-1820 : la seigneurie de Gaudarville

C’est en 1652 que Louis de Lauzon prend possession de la seigneurie de Gaudarville. Le territoire actuel du Vieux-Cap-Rouge se situe dans l’emprise de l’ancien domaine seigneurial. Plusieurs moulins à eau sont en activité sur le territoire de la seigneurie de la fin du 17e siècle à la fin du 19e siècle.

En 1759, des retranchements sont aménagés près du fleuve, du côté ouest de l’anse de Cap-Rouge. Ces ouvrages sont mis en place pour empêcher le débarquement des troupes britanniques. La poursuite des combats en 1760 entraîne des mouvements des troupes britanniques et françaises près de la rivière.

L’emplacement des moulins le long de la rivière du Cap Rouge au milieu du 19e siècle.

George-F. Austin, Rough plan of a tract of land and part of bed and beach of the River Cap-Rouge situate in the seigniory of Gaudarville sold by Juchereau Duchesnay esq. to Michael Scott esq., 1847, Bibliothèque et Archives nationales du Québec, CN301, S67, D698.

1820 à aujourd’hui : la création du Vieux-Cap-Rouge

Le morcellement du domaine seigneurial entraîne la formation d’un bourg. La paroisse de Saint-Félix de Cap-Rouge est créée en 1859 et la municipalité est constituée en 1872. Les éléments forts du paysage et de l’économie sont le commerce du bois dans l’anse de Cap-Rouge, la poterie et le viaduc du chemin de fer construit de 1906 à 1913. La municipalité de Cap-Rouge fait partie de la ville de Québec depuis 2002.

Poterie de Cap-Rouge

L’embouchure de la rivière du Cap Rouge après la construction du viaduc.

Photographie Jules-Ernest Livernois, Bibliothèque et Archives nationales du Québec, vers 1900, P560, S1, P 2012.

© Ville de Québec, 2021. Tous droits réservés.