Patrimoine

L’archéologie à Québec

Poterie de Cap-Rouge

1860-1870 : des débuts difficiles

La poterie de Cap-Rouge est fondée en 1860 par Henry Howison, John Pye et Zéphirin Chartré dans le but de concurrencer les importations. À l’origine, elle comprend la manufacture proprement dite, dotée de deux fours chauffés à l’anthracite, ainsi qu’un hangar et un quai avec estacade. Plusieurs machines servant à la production sont actionnées à la vapeur. L’industrie vit des débuts difficiles et sera l’objet de ventes successives.

Briqueterie Landron-Larchevêque et ateliers de potiers de la rue De Saint-Vallier

1870-1880 : une certaine prospérité

Durant cette décennie, la poterie connaît une relative prospérité. C’est à ce moment que l’on aurait procédé à un agrandissement et à la construction d’un troisième four. Les céramiques sont distribuées au Québec et dans tout l’Est du Canada.

1880-1892 : déclin et démolition

La dernière mention connue de la poterie de Cap-Rouge date de 1881. La manufacture est démolie en 1892.

Le village de Cap-Rouge vers 1890.

Photographie Jules-Ernest Livernois, Bibliothèque et Archives nationales du Québec, P560, S1, P292.

1892 à aujourd’hui : à l’ombre du viaduc ferroviaire

L’emplacement de la poterie est laissé à l’abandon. En 1906, il est en grande partie exproprié pour la construction du viaduc ferroviaire qui enjambe encore aujourd’hui la rivière du Cap Rouge.

© Ville de Québec, 2021. Tous droits réservés.