Patrimoine

L’archéologie à Québec

Moulin à vent de l’Hôpital-Général-de-Québec

3 000 ans AA : en bordure de la basse Saint-Charles

Il y a plus de 3 000 ans, des groupes amérindiens nomades se sont arrêtés à plusieurs reprises dans ce lieu pour tailler de la pierre extraite de la colline de Québec ou de la région et en fabriquer des outils.

1710-1805 : les moulins de l’Hôpital général

Au début du 18e siècle, les Augustines de l’Hôpital général font construire un moulin à eau à proximité de la rivière Saint-Charles. Celui-ci ne satisfait pas à la demande, car le débit du ruisseau qui l’alimente est trop irrégulier. En 1710, les religieuses lui ajoutent donc un moulin à vent. Elles optent pour un édifice en bois qui repose sur des fondations et un rez-de-chaussée en pierre. L’ouvrage de maçonnerie est exécuté par l’architecte et maître maçon Jean Maillou (Québec, 1668 – Québec, 1753). Il ne prend pas appui sur le roc, mais sur un châssis en bois. Dès l’origine, les fondations sont entourées par une élévation de terrain résultant de travaux de terrassement.

La construction du moulin à vent actuel est entreprise en 1730. La tour repose sur les fondations et le rez-de-chaussée du premier moulin à vent. L’édifice a peut-être été utilisé comme ouvrage de défense en 1759, car une fenêtre a été obstruée pour former une meurtrière. Il a probablement servi de refuge à la population affectée par la guerre.

Les moulins de l’Hôpital général sont donnés en location de 1762 à 1772. Cinq ans plus tard, les Augustines réparent le moulin à eau. Le moulin à vent est probablement de moins en moins utilisé, puis la tour sert d’entrepôt.

Le moulin à vent au moment de la Conquête. L’environnement champêtre de l’Hôpital général se maintient jusqu’au milieu du 19e siècle.

Joseph F. W. Des Barres, détail de A plan of Quebec and environs, with its defenses and the occasional entrenched camps of the French commanded by Marquis de Montcalme, 1777, Norman B. Leventhal Map Center at the Boston Public Library, G1106.P5 D47 1777.

1820 à aujourd’hui : un témoin du régime seigneurial

Des incendies endommagent le moulin à vent en 1805, 1862 et 1866. Les Augustines, qui y voient un témoin du régime seigneurial, rétablissent chaque fois le toit et s’assurent de la solidité de la tour. C’est sans doute lors de l’incendie de 1805 que le moulin perd ses ailes et son toit pivotant.

Au siècle suivant, le moulin est acquis par des particuliers, puis par le gouvernement du Québec. Il est une première fois menacé de démolition dans les années 1940. Trois décennies plus tard, sous la pression de l’opinion publique, le ministère des Travaux publics le restaure et crée le parc du Petit-Moulin. En 1998, la Ville de Québec devient propriétaire des lieux et aménage le parc du Moulin-de-l’Hôpital, puis restaure le moulin en 2013.

Le moulin au début du 20e siècle.

Photographie Fred C. Würtele, 1905, Bibliothèque et Archives nationales du Québec, P546, D1, P55.

© Ville de Québec, 2020. Tous droits réservés.