Québec, l'accent d'Amérique

Patrimoine

L’archéologie à Québec

Moulin à eau des Jésuites à Charlesbourg

Le ruisseau du Moulin prend sa source à Charlesbourg et se déverse dans le fleuve Saint-Laurent. Réaménagé et détourné maintes fois au fil des siècles, il est aujourd’hui en grande partie canalisé. Son tracé diffère selon les cartes anciennes, si bien qu’il est difficile d’en déterminer exactement le parcours d’origine.

Le cours d’eau, dont les rives escarpées favorisaient l’implantation de petites industries, a été dévié pour alimenter le moulin des Jésuites de Charlesbourg (1740). Pour lui donner un débit suffisant, certains affluents de la rivière Beauport ont été détournés et son lit a été creusé à certains endroits. Il a de plus été coupé par quelques chaussées ou petits barrages.

Sous le Régime français, le ruisseau du Moulin faisait fonctionner, outre le moulin de Charlesbourg, le moulin de la ferme Notre-Dame-de-Bonsecours (1695) appartenant aussi aux pères jésuites.

Au 19e siècle, trois autres entreprises s’établissaient sur ses rives, soit la clouterie de François-Xavier Méthot (Neuville, 1796 – Québec, 1853), construite en 1841, et deux fabriques d’allumettes, créées en 1859 et en 1867.

Moulin à eau des Jésuites à Charlesbourg

Moulin à eau des Jésuites à Beauport

Histoire de la maison De La Chesnaye : 1830-1890

Le ruisseau du Moulin. En bleu, le tracé présumé de l’ancien cours d’eau reporté sur le plan dressé par Ignace Plamondon en 1754.

Dessin René Cloutier, tiré de Histoire de raconter : le quartier Giffard, Ville de Québec, 2007, p. 25.

La clouterie du ruisseau du Moulin vers 1895. On y fabriquait des clous découpés avec du fer anglais. L’entreprise, qui fournissait presque toute la région de Québec, a fermé ses portes en 1896. Le bâtiment est aujourd’hui démoli.

Archives de la Ville de Québec, collection Michel Bédard, 100/5.1/01.

© Ville de Québec, 2016. Tous droits réservés.