Québec, l'accent d'Amérique

Patrimoine

L’archéologie à Québec

Morrin Centre

1712-1808 : la redoute Royale

En 1712, les autorités coloniales entreprennent la construction de la redoute Dauphine, que l’on peut visiter au site patrimonial du Canada du Parc-de-l’Artillerie, et de la redoute Royale, qui a occupé le site du Morrin Centre pendant près de cent ans.

Achevée en 1717, la redoute Royale sert avant tout de caserne. Elle loge aussi des prisonniers de guerre et, après 1759, des prisonniers de droit commun.

Vue du couvent des Ursulines et de la redoute Royale depuis les fortifications.

Gravure de Richard Short, 1761, Bibliothèque et Archives Canada, C-000358.

La prison de Québec. Le balconnet servait aux exécutions publiques. De nombreuses protestations et des considérations humanitaires ont amené les autorités à procéder aux exécutions dans la cour arrière.

Aquarelle de James Pattison Cockburn, La prison de la rue Saint-Stanislas, 1830, Bibliothèque et Archives Canada, C-042292.

1808-1867 : une prison

Le Morrin Centre, conçu par l’architecte François Baillairgé, a été construit de 1808 à 1813 pour servir de prison. Son architecture reflète les préoccupations contemporaines en matière de détention et de réhabilitation. Elle s’inspire des idées du réformateur britannique John Howard, qui préconisait le regroupement des détenus selon le sexe, l’âge et la gravité des délits ainsi que l’amélioration des conditions de réclusion et d’hygiène.

Très tôt, l’édifice nécessite des travaux en raison de vices de construction. L’architecte Frederick Hacker y apporte d’importantes modifications en 1837.

À partir de 1826, les femmes sont incarcérées dans un immeuble voisin. L’ensemble des détenus est transféré à la prison des plaines d’Abraham en 1867.

1867 à aujourd’hui : un haut lieu de la culture anglophone à Québec

Le Morrin College, affilié à l’Université McGill, a été fondé en 1860 par le docteur Joseph Morrin (Écosse, 1794 – Québec, 1861). L’institution offrira un enseignement supérieur aux membres de la communauté anglophone jusqu’en 1902.

La corporation du Morrin College acquiert la prison en 1861 et occupe les lieux après le départ des prisonniers. L’architecte Joseph-Ferdinand Peachy adapte l’immeuble à sa nouvelle vocation. En 1868, le Morrin College emménage dans l’aile sud, tandis que la Literary and Historical Society of Quebec s’installe dans l’aile nord. La maison des femmes et celle du geôlier (1845) sont transformées en logement pour le personnel et, en 1886, une nouvelle maison est construite dans l’espace intermédiaire.

L’édifice du Morrin College est acquis par la Ville de Québec en 1989. Il est cédé par bail emphytéotique à la Literary and Historical Society en 2004. Il accueille maintenant le Morrin Centre, pôle culturel de la communauté anglophone de Québec.

© Ville de Québec, 2016. Tous droits réservés.