Québec, l'accent d'Amérique

Patrimoine

L’archéologie à Québec

Maison O’Neill

1672-1837 : la ferme des Dion

L’occupation du site de la maison O’Neill remonte peut-être à 1672, année où Philippe Cazaillier vend une terre au jardinier Étienne Boyer dit Lafontaine.

Jacques Dion achète une partie de cette propriété en 1692 et s’y installe. En 1694, il obtient des Jésuites une langue de terre ayant déjà appartenu à Boyer dit Lafontaine. Celle-ci est appelée l’anse du jardinier, probablement à cause du métier de l’ancien propriétaire. Au fil des ans, divers bâtiments sont construits, tels que maison, granges, étables et hangars. L’emplacement demeure entre les mains des Dion jusqu’en 1837.

1837-1863 : une maison de villégiature

Le nouveau propriétaire, l’éditeur Georges-Paschal Desbarats (Québec, 1808 – Montréal, 1864), utilise la maison des Dion comme résidence d’été puis la met en location. En 1855, John Doran se porte acquéreur de la propriété. Une maison et des bâtiments neufs s’ajoutent aux anciennes constructions en 1859. La maison récemment bâtie est incendiée en 1860.

1863-1991 : la ferme des O’Neill

Thomas O’Neill entre en possession de la propriété en 1863 et construit la maison actuelle. À la fin du siècle, son fils William Patrick hérite de l’habitation et de la parcelle de terre environnante. Il cultive de l’avoine, du foin et des légumes. Il a aussi une excellente réputation de dresseur de chevaux.

De 1932 à 1947, la demeure sert surtout de maison d’été pour les membres de la famille O’Neill. Les activités agricoles cessent en 1947 et celles de dressage de chevaux vers 1955. Les O’Neill habiteront les lieux jusqu’en 1991.

Martin O’Neill en 1945. Le garage était situé derrière la maison O’Neill et à proximité de la rivière Saint-Charles. On a déjà entreposé de l’avoine dans le grenier.

Collection Donald Michaud.

Donald Michaud à cheval dans un champ d’avoine.

Collection Donald Michaud.

1991 à aujourd’hui : un lieu d’exposition et de diffusion culturelle

En 1991, la Ville de Québec acquiert la maison O’Neill ainsi que son vaste terrain donnant accès à la rivière Saint-Charles. La propriété est aujourd’hui un lieu d’exposition et de diffusion culturelle.

La maison O’Neill actuellement.

Photographie Jacques Dorion.

© Ville de Québec, 2016. Tous droits réservés.